Section de Boucau

Section de Boucau
Accueil
 
 
 
 

La rubrique de vos élu(e)s

 

 

Nos élu(e)s : Marie-José ESPIAUBE, Christine DAVID, Jean-Pierre CRESPO, Jean DUBOURDIEU

 

Les difficultés pour ne pas dire l’ostracisme dont nous sommes victimes au sein des médias locaux, nous amène à communiquer sur la vie de la municipalité à travers notre bulletin l’Étincelle.

Sans entrer dans la polémique systématique, il est des événements qui ne peuvent être passés sous silence. Francis Gonzalez dit dans le journal « Sud Ouest » du 27 octobre que le diagnostic qu'il a effectué confirme la mésentente et l'animosité affichées lors de la campagne électorale entre le PCF et le PS. Cela aurait eu des incidences sur la gouvernance avec les salariés de la commune sans citer d'exemples. Cette affirmation relève davantage de la calomnie que du mensonge. Il en est de même quand Francis Gonzalez parle de laxisme de la mandature précédente alors que tous les dossiers ont été traités avec le plus grand sérieux, avec notre personnel et les professionnels dont les compétences et l'implication ne font aucun doute.

 

Aménagement des places SEMARD et PERY :

 

Ce projet faisait l'unanimité du conseil municipal précédent. Le Maire et Madame Thébaud l'avaient accompagné, avaient accepté tous les près-requis, et avaient voté les délibérations concernant les travaux (y compris le plan de financement, en connaissance de cause, puisque l'opposition était parfaitement informée de la situation financière de la commune).

Pourquoi monsieur le Maire n'est-il plus, aujourd'hui, favorable à ce projet ?

La vérité est que monsieur le Maire a clairement indiqué à l'architecte Monsieur Andueza qu'il voulait installer la fête foraine des fêtes du Boucau à cette endroit, et non pas au square Max Dormoy comme cela été prévu. Ce que nous regrettons c'est bien sûr ce manque de franchise et de courage. Monsieur Gonzalez ne cesse d'évoquer le coût trop onéreux du projet. Mais nous démontrerons plus loin qu'il n'en est rien. D'autres, comme Monsieur Lassabe notamment, évoquent un nombre de place de stationnement réduit de moitié (ce qui est absolument faux) ou bien l'impossibilité d'y installer le marché du samedi ou encore, des pavés difficiles à entretenir : une aberration de plus. Monsieur Gonzalez, qui n'a jamais indiqué durant sa campagne qu’il remettrait ce projet en cause dès son élection, refuse de le présenter à la population comme nous l'avions fait à deux reprises. Il n'a pas répondu à notre demande de Référendum décisionnel local, projet contre projet, permettant de mettre un terme, à ce qui est devenu aujourd'hui, un sujet polémique.

Le financement du projet :

Il comprenait les places Sémard, Perry et la rue de Montilla. Aujourd'hui seul la place Sémard sera traité. Il y a donc mécaniquement une baisse du coût des travaux d'environs 25%. D'autre part, le limogeage de l'architecte Monsieur Andueza a coûté très cher : 45.000€ d'honoraires jetés à la poubelle ainsi que 1.000€ de dédommagement.

La participation du Conseil Général revu à la baisse en raison de la nouvelle définition du projet : 80.000€ de perte sèche supplémentaire. Au total c'est 126.000€ dilapidés par Monsieur le maire. Quand à l' "économie " réalisée par l'abandon des travaux place Perry et rue de Montilla, elle n'en est pas une, puisque ces travaux restent à faire... probablement par les générations futures.

La commune du Boucau a les moyens de réaliser le projet présenté par un architecte connu et reconnu pour ses qualités et son savoir faire. Monsieur Lassabe disait de lui : « le projet de Monsieur Andueza est très bien, il plaisait, ce n'est pas le souci. Monsieur Andueza est un artiste de qualité, mais ses idées coûtent cher. » Si ses aveux nous confortent dans nos idées, nous sommes aujourd'hui très triste pour notre commune.

 

 

Taxe d'aménagement :

 

Autre décision sur laquelle nous nous sommes élevés : la modification du taux de la taxe d'aménagement (payée par les nouveaux propriétaires sur la commune) qui passe de 2% à 5% du coût de l'opération au prétexte que les communes environnantes l'appliquent déjà à ce niveau, et que le désengagement de l’État appauvri les recettes communales.

 

Nous avons voté contre cette décision inique, car aller chercher de l'argent dans la poche des boucalais voulant accéder à la propriété pour améliorer les finances locales est scandaleux. Cela équivaut à une augmentation d'impôt déguisée et cible une seule frange de la population, qui au contraire, mériterait d'être mieux aidée.

 

 

Projet de La Lèbe :

 

Quand Francis Gonzalez déclare dans le Sud Ouest au sujet du projet de d'aménagement de la Lèbe : « depuis douze ans, tout a été dit, rien n'a été acheté ». Il démontre une fois de plus sa volonté de mépriser le travail effectué par ses prédécesseurs. La genèse des différentes étapes de ce projet sous la responsabilité de notre assistant en maîtrise d'ouvrage et des élus peut se résumer ainsi :

- Élaboration d'une étude environnementale par un cabinet spécialisé :

  • Mise en place d'un comité de pilotage (COPIL) comprenant élus, techniciens, agglomération, personnes référentes, sociologues...auquel Monsieur Gonzalez a participé, même si sa contribution a été égale à 0.

  • Ont été lancés et réalisés conjointement : les phases de concertation légale, le dossier de création de la ZAC et de DUP (déclaration d'utilité publique).

  • Un appel à idée avec trois équipes d'architectes urbanistes.

  • La réalisation de la synthèse avec un rapport de présentation général.

  • La présentation du projet au public lors d'une réunion publique.

  • La désignation d'un aménageur : la SEPA.

La signature d'un protocole d'accord avec les riverains du chemin du Pont Neuf par Francis Gonzalez n'est qu'anecdotique et ne reprend seulement que ce qui avait déjà été dit et écrit. Ce projet est maintenant prêt à rentrer dans une phase active. Encore faut-il que la municipalité en ait la volonté politique. La balle est dans le camps des élus de la majorité.

 

 

 

 

 

M. Le Maire de Boucau "brade" sa ville au sein de l' ACBA

Lors du Conseil Communautaire du 30 septembre 2014, une délibération concernant la décision modificative du budget annexe du service de l'assainissement a été présentée.

L'opposition dont je fais partie a reproché à la nouvelle majorité cette délibération alors que Mr Veunac président de la commission assainissement n'avait organisé aucune réunion préparatoire.

J'ai donc découvert en même temps que mes collègues les chiffres présentés :

Biarritz : + 700 000€, Bidart : +72 000€, Bayonne : 1 200 000€, Anglet : - 50 000€, Boucau : - 130 000€

Alors que l'ancienne majorité dont je faisais partie ainsi que J. Dubourdieu avait prévu:

          - Réseaux 80 000€, Réaménagement poste Bilbao 50 000€

Aucune explication n'a était apportée par Mr Gonzales !

     Personne ne sera étonné que, lors de l'inauguration de la salle J.Cartillon, M.JR Etchegaray Président de l'ACBA félicite M. Le Maire pour son esprit communautaire.

 

Budget supplémentaire 2014

En séance du Conseil Municipal, Monsieur le Maire a commenté d’une manière très critique les orientations gouvernementales en matière de réduction des dotations d’Etat aux Collectivités Territoriales. Le groupe Communistes et Républicains a le même ressenti sur cette politique désastreuse pour nos concitoyens, mais certainement pas pour les mêmes raisons.

En effet Monsieur le Maire et son équipe ont les mêmes analyses et les mêmes préoccupations que certains partis politiques de droite qui fustigent à tout va la politique de François Hollande.

 

Le groupe Communistes et Républicains se distingue d’eux car nous pensons et pouvons le prouver qu’il y a une autre politique résolument tournée à gauche pour sortir la France du marasme dans laquelle elle est et pour apporter des solutions aux Français.

C’est dans cet esprit polémique et nauséabond que notre

 

premier édile a commenté son budget voulant faire croire aux boucalaises et boucalais que la précédente municipalité avait laissé les finances de la ville dans un état frôlant la mise sous tutelle.

 

Un budget étant voté à l’équilibre, c’est-à-dire que les dépenses sont égales aux recettes, comment dès lors peut-il expliquer qu’en baissant les dépenses d’investissement de 93 000 euros il peut diminuer l’emprunt, donc les recettes de 400 000 euros. Il va manquer 307 000 euros dans la caisse. Y aurait-il des rentrées d’argent non prévues ou cachées ?

 

Non, tout simplement le résultat de l’année passée est intégré au budget supplémentaire et est très largement positif (il n’avait pu être pris en compte au budget primitif présenté en décembre).

Nous vous laissons juge de cette manière de faire.

 

 

Affaire Garcia

Voilà une affaire qui effectivement peut coûter cher aux contribuables si d’aventure son jugement était défavorable à la Mairie de Boucau.

Nous n’en sommes pas là et avons des arguments à faire valoir pour justifier de cette situation.

 

En quelques mots nous vous présentons cette affaire :

Au début de la première mandature de Madame Espiaube, il est inscrit au PLU un « Emplacement  Réservé» pour une bande de terrain situé en bordure de la propriété Garcia afin de réaliser une voie de circulation douce entre la résidence construite derrière cette propriété et la rue Barthassot.

Au début de la dernière mandature cet Emplacement Réservé est étendu à l’ensemble de la propriété Garcia afin de réaliser un programme immobilier à caractère social.

Les héritiers de Monsieur Garcia décident de vendre pour un montant de 650 000 euros.

La Mairie fait estimer le bien par le service des Domaines qui l’évalue à 170 000 euros.

 

Cette estimation étant supérieure à une possibilité de construction par un bailleur social, la Mairie se retire de l’affaire et décide de modifier le PLU dès le début 2014 pour supprimer cet emplacement réservé. C’est l’Agglomération qui traite les modifications de PLU et il est envisagé une séance courant 1er semestre. Sur ces entrefaites nous changeons de Gouvernance et cette opération est « oubliée ».

Où est le laxisme tant décrié par Monsieur le Maire ? NON, nous n’avons pas caché quoi que ce soit, ni même fait preuve de légèreté. Notre urbaniste, lui aussi mis au banc des accusés, et chargé de ces modifications a fait son travail avec beaucoup de conscience professionnelle et, contrairement à celui qui est choisi par la nouvelle équipe, a su nous faire partager une vision novatrice pour le Boucau avec le programme « Boucau 2020 » que nous vous avons présenté à maintes reprises et qui donnait une image valorisante pour Boucau. Boucalaises et Boucalais avez-vous vu un projet présenté par la nouvelle municipalité ? Où en sont les places Sémard et Péri ?

 

I D Douteuse/ Idée Couteuse

On apprend par une publication syndicale qu’un audit concernant l’organisation des services municipaux est réalisé sur la commune.

Qu’un audit soit réalisé, n’est pas contestable, mais que cela se fasse dans l’opacité la plus totale, relève d’un manque de démocratie.

Non seulement les élus de l’opposition n’ont pas été informés de cette décision, mais ils ont appris lors du conseil municipal du 29 septembre qu’elle a un coût de 14400 € ( inscrit au budget supplémentaire ).

Monsieur le Maire qui annonçait lors de la campagne électorale être très vigilant sur les deniers publics, choisit les services d’ID IP Consulting ( société chargée de sa communication pour sa campagne municipale ) pour réaliser cet audit alors que les compétences du centre de gestion dont la ville est adhérente lui auraient permis de le faire en économisant les deniers publics.

Aujourd’hui, 15 octobre 2014, aucun résultat n’ a été présenté !!!

Au-delà de la dépense contestable et du choix ambigu du prestataire, l’opacité dans la gestion de ce dossier nous interpelle quant au minimum de confiance que les élus, tous les élus, et tous les boucalais sont en droit d’attendre.

 

 

 

Il y a actuellement 0 réactions

Vous devez vous identifier ou créer un compte pour écrire des commentaires.